Pourquoi nous sommes numéro 1 pour vos vacances à l'île Maurice !

Mauvillas.com
+33 182889130
Lun-Jeu: 10h-18h · Ven: 10h-16h

L'Île Maurice Guide de voyage

Le guide complet pour l'Île Maurice

Histoire et l'Île Maurice actuelle

Maurice avant la colonisation

Maurice n’avait aucune population indigène avant l’arrivée des colonisateurs européens, de sorte que son histoire est largement exempte d’épisodes de brutalité, du moins jusqu’à l’avènement de l’esclavage. Ce contexte historique est essentiel pour comprendre la culture de tolérance du pays et son acception envers tous les peuples; d’ailleurs, c’est aussi la raison pour laquelle aucune communauté ethnique n’est en mesure de revendiquer une préséance sur les autres.

Les premiers humains à Maurice

En raison d’un manque de documentation relatant des origines de la découverte de l'île, il est difficile de déterminer quels événements se sont produits et à quelles dates. Il est dit qu’au 10ème siècle, les Arabes ont furent les premiers à atteindre l’île qu'ils ont nommé l’île Dina Arobi (l’île de la Désolation). Il est aussi dit qu’ils furent suivis de près par les tribus de Malais, mais il y a très peu d’informations disponibles sur cette période.

Les Portugais

Après les Arabes et les Malais, le marin portugais Domingo Fernandez Pereira aperçut l’île Maurice en 1507 et l’a nomma « Ilha Do Cerne » (c’est-à-dire, l’île du Cygne). Cinq années plus tard, les îles furent visitées par Dom Pedro de Mascarenhas, qui utilisa le nom Mascarene pour l’ensemble de la région. Cependant, les Portugais ne s'intéressèrent pas à ces îles isolées et ne s’y installèrent pas véritablement.

Les Hollandais

En 1598, une expédition néerlandaise, en route vers le sous-continent indien, s’heurta aux mauvaises conditions météorologiques, emportant les marins jusqu'à la côte sud-est de l’île Maurice. Ils décidèrent de nommer l’île en honneur du prince Maurits de la Housse de Nasseau, le stathouder (gouverneur général) de la majeure partie de la République néerlandaise à l’époque. Le nom Maurice est resté par la suite.

Au début, les Néerlandais n’occupèrent pas l’île, ils l’ utilisèrent plutôt en tant qu’escale après de longs mois en mer, ainsi qu'en base d’approvisionnement pour Batavia (Java). Ils la visitèrent régulièrement, profitant de ses matières premières telles que l’ébène et les animaux sauvages.

Le premier établissement néerlandais date de 1638 et fut principalement mis en place pour empêcher les Français et les Britanniques d’occuper l’île. Les Néerlandais s'efforcèrent de développer le potentiel commercial de l’île et, en ayant cet objectif à l’esprit, importèrent quelques centaines d’esclaves de Madagascar. Ces derniers devaient se charger d’exporter de l’ébène, d’approvisionner les colons et de transporter de la nourriture et des produits aux navires hollandais. Au cours de cette période, de nombreux gouverneurs furent nommés, mais des difficultés perpétuelles telles que les cyclones, les sécheresses, les infestations de rongeurs, le manque de nourriture et les maladies prirent finalement le dessus et l’île fut définitivement abandonnée en 1710.

L’héritage des Néerlandais

  • A fourni le nom du pays, ainsi que de plusieurs de ses régions.
  • A introduit les plantations de canne à sucre de Java.
  • A introduit l’esclavage sur l’île.
  • A décimé les populations du dodo local et des tortues géantes qui furent utiliser comme source alimentaire; a introduit des espèces et des animaux nuisibles.
  • A déboisé de grandes étendues de forêts pour exploiter l’écorce d’ébène.

Les Français

À la suite du départ des Néerlandais, l’île Maurice demeura inoccupée pendant quelques années. En 1715, le capitaine Guillaume Dufresne D’Arsel occupa l’île au nom de la France, lui donnant le nom d’Île de France. Cependant, l’île ne commença à se développer activement qu’après l’arrivée du gouverneur français Mahé de Labourdonnais, en 1735.

Pendant son règne, il transforma Port Louis en un port maritime prospère; il érigea des routes, des infrastructures et de nombreux bâtiments, dont un grand nombre sont encore visibles aujourd’hui. Des plantations de sucre, d’indigo, de coton et de tabac furent implantées, et une main-d’œuvre qualifiée fut importée d’Inde. À partir de cette position stratégique dans l’Océan Indien, les Français furent été en mesure de frapper les navires britanniques qui se rendaient ou revenaient d'Inde.

En raison de sa position stratégique, la Grande-Bretagne avait les yeux rivés sur l’Île de France. En 1810, les Britanniques débarquèrent sur les côtes nord de l’île avec une flotte de 70 navires transportant 10 000 soldats. Au fil des années, les espions britanniques avaient déjà recueilli beaucoup de renseignements. C'est pourquoi, au moment de leur invasion, les Britanniques possédaient déjà des cartes détaillées de l’île. Ayant seulement 2 000 soldats dans la réserve, les Français furent largement dépassés en nombre et ils capitulèrent le 3 décembre 1810.

L’héritage des Français

  • Routes, bâtiments, port, infrastructure.
  • Population multiethnique.
  • Des’espèces animales et végétales étrangères ont été introduites en grand nombre, ce qui a endommagé l’écosystème local pour toujours.
  • La langue française a été introduite.

Les Britanniques

Dans le cadre du Traité de Paris, en 1815, l’Île de France fut officiellement donnée à la Grande-Bretagne et fut rebaptisée Maurice. Les nouveaux dirigeants britanniques permirent aux Franco-Mauriciens de conserver leur langue, leur religion et leurs systèmes juridiques.

Des changements sociaux et économiques furent rapidement introduits au cours de leur règne, dont l’un des plus importants fut sans aucun doute l’abolition de l’esclavage en 1835. Environ 70 000 esclaves, importés d’Afrique et de Madagascar au cours de l’occupation française, furent finalement libérés.

L’abolition de l’esclavage mena à l’importation massive de travailleurs sous contrat pour travailler dans les champs, principalement en provenance d’Inde (certains travailleurs venaient même de Chine). À bien des égards, leurs conditions de travail n’étaient pas si différentes que celles vécues par les esclaves qui les avaient précédés. De nombreux travailleurs indiens s'installèrent finalement à Maurice, et leurs descendants représentent une grande partie de la population actuelle.

En raison de l'afflux massif d'un grand nombre de travailleurs Indiens à Maurice, ces derniers prirent progressivement une plus grande part dans la gestion du pays. Leurs efforts apportèrent un élan supplémentaire au dirigeant politique et spirituel indien, Mahatma Gandhi, lorsque ce dernier se rendit à Maurice en 1901 pour réclamer des droits civils. Toutefois, l’événement clé fut l’introduction du suffrage universel en 1959 et la montée au pouvoir de Dr Seewoosagur Ramgoolam (devenu Sire), un personnage important de l’île. Après avoir fondé le parti travailliste en 1936, Seewoosagur Ramgoolam fut le meneur du combat pour l’indépendance de la Grande-Bretagne, qui a finalement été obtenue en 1968.

L’héritage des Britanniques

  • Importante population indienne à Maurice.
  • Abolition de l’esclavage.
  • Suffrage universel.
  • Indépendance éventuelle en 1968.

Indépendance

Le 12 mars 1968, Maurice obtint son indépendance en adoptant une constitution basée sur le système parlementaire britannique et en conservant la reine Elizabeth II comme monarque. Après des années de planification et de travail acharné de la part du pays nouvellement indépendant, Maurice finalement atteint une stabilité économique et politique, et changea son statut pour celui d’une république 24 ans plus tard, soit le 12 mars 1992. Les bases de l’indépendance ont permis à Maurice de prospérer au XXIème siècle.

Maurice à l’heure actuelle

Aujourd’hui, Maurice jouit d’une situation politique stable, d’une économie constante qui est parvenue à tirer son épingle du jeu lors de la crise financière mondiale et d’un excellent bilan de transition pacifique du pouvoir grâce aux élections gratuites et équitables qui ont lieu régulièrement. Lorsque Maurice obtint son indépendance en 1968, le pays possédait peu de ressources en dehors de la canne à sucre. Depuis, Maurice a su établir une économie diversifiée basée sur le tourisme, les textiles, le sucre et les services financiers. Au cours des dernières années, les technologies de l’information et de la communication, les produits de la mer, l’hôtellerie et la promotion immobilière, les soins de santé, les énergies renouvelables et l’éducation et la formation sont devenus des secteurs importants pour l’économie mauricienne, attirant des investisseurs locaux et étrangers considérables.

Le tourisme joue un rôle majeur au niveau de la prospérité économique de Maurice depuis des décennies et aujourd’hui, il joue également un rôle important au niveau des programmes de restauration des habitats et dans l'aide à la préservation des espèces menacées. De nombreux efforts sont effectués pour maintenir un tourisme durable sur l’île et pour l’empêche d’endommager les écosystèmes locaux.